Les rencontres de plus en plus difficile pour les adultes via des annonces ?

Les sites de rencontre pour adulte étaient jusque là destiné à un public de plus de 30ans et les applications de rencontre plutôt à un jeune public de moins de 30ans. Faire des annonces pour des rencontres de trentenaire n’a pas d’âge. Entre applis de dating et réseaux sociaux, l’infini des possibles égare les trentenaires en mal de romantisme. La rencontre en ligne se défend maintenant pour tous les âges, hommes ou femmes bien entendu.

Est-il compliqué de s’aimer chez les trentenaires ?

Elle avait mis ses baskets fétiches, de la crème sur les jambes et son joli soutien-gorge, au cas où. Ce vendredi soir, celui qu’elle surnommera plus tard «Mirage» devait la rejoindre à une soirée.

Qui n’a pas vécu ce genre de soirée … Mais alors qu’ont-ils, ces trentenaires célibataires ? D’où vient ce spleen amoureux si propre à leur génération, cette légèreté qui se révèle insoutenable ? Se rencontrer et s’aimer vont de paire puisqu’on ne peut pas s’aimer sans se rencontrer n’est ce pas ! Premièrement trop de choix tue l’amour.

Selon le figaro les trentenaires ont du mal à s’aimer. Il y a bien sûr la notion de génération qui intervient ici. Les nouvelles générations ont d’instincts une attirance pour les applications mobiles pour discuter, tchatter ou échanger. Leur liberté d’esprit va même jusqu’à divaguer il se dévoile de plus en plus tôt l’un à l’autre. L’amour éphémère entre ici en jeu avec des échanges de photos osées voir coquines. Contrairement à ces plus jeunes, nos parents se rencontraient à l’ancienne on va dire. Ils discutaient généralement à l’université ou au travail. Ce même dernier lieu qui devient toujours un lieu de rencontre mais plutôt des rencontres d’adultes extra-conjugales. Oui au travail il y a toujours du flirt et parfois cela dérive en rencontre ou plan d’un soir entre personnes mariés.

Les applications de rencontre pour adulte

Subissant relativement peu de concurrence, les trentenaires connaissent l’accès à un infini des possibles, que les applications de rencontres ont très habilement réussi à optimiser.

Il y a 20 ans, Match.com lançait son premier site de rencontre. Depuis, l’idée de faire connaissance avec quelqu’un en ligne est passée d’incongrue à banale. Le nombre d’applications dédiées au sujet s’est démultiplié, et leurs utilisateurs se comptent maintenant en millions. Trouver l’amour sur les sites de rencontre, c’est souvent comme jouer à la roulette au casino : il faut essayer si on veut gagner, mais on ne gagne pas à tous les coups.

Alors que leur nombre a explosé, les applications de rencontre rivalisent d’inventivité pour attirer les femmes. Quitte à jouer sur la corde féministe. Les femmes deviennent une ressource rare pour lesquelles on se bat. En réalité, les hommes entre 18 et 35 ans sont surreprésentés sur les sites de rencontre, car « les femmes se mettent en couple plus tôt »

Les hommes trentenaires frustrés

Avec la surreprésentation des hommes, le taux d’insatisfaction est élevé. Frustrés, beaucoup d’hommes ont tendance à se montrer peu courtois, voire carrément violents sur les services de rencontre, d’autant qu’ils sont peu inquiétés. Première application visée, Tinder et ses 60 millions d’utilisateurs qui seraient majoritairement masculins, même si le service refuse de communiquer sur ses statistiques. « La plupart du temps, les femmes sont bombardées de messages vulgaires, agressifs, voire carrément flippants », explique Clémentine Lalande de Pickable. « Tinder, c’est d’une violence inouïe, témoigne Camille, qui a depuis quitté l’application, c’est une sorte de réseau de prostitution gratuit. »